mercredi 7 juillet 2010

Définition de la criminologie - (1)

Définition et domaine de la criminologie – (1)

Nasreddine EL HAGE

Universitaire français

Docteur d’Etat en droit

La criminologie est une discipline associée souvent au droit, à la biologie du comportement, à la psychologie ou à la sociologie. Son objet est l’étude du phénomène criminel dans son ensemble. Sa démarche consiste à constater et répertorier les manifestations du crime, à identifier les conditions qui favorisent le passage à l’acte criminel, à analyser la personnalité du criminel et l’attitude de sa victime et à évaluer la réaction sociale face à la criminalité.

L’évolution de cette discipline est indissociable de celles des autres disciplines dont les recherches portent sur le comportement humain, comme, par exemple, la biologie moléculaire, l’anthropologie, la neurophysiologie, la neurobiologie, la psychologie, la psychiatrie, la psychanalyse, la sociologie, l’ethnologie, l’éthologie, etc.

La criminologie se divise en deux parties : une partie théorique, la criminologie générale et une partie pratique, la criminologie clinique. La première s’intéresse aux manifestations et causes de la criminalité générale, alors que la seconde s’intéresse à l’analyse et au traitement de la criminalité individuelle.

Selon les spécialistes, on oppose la criminologie science du crime et la criminologie science du criminel, ou la criminologie science des facteurs criminogènes généraux et la criminologie science du processus du passage individuel à l’acte, ou encore la criminologie de l’acte criminel et la criminologie de la réaction sociale. En réalité, la criminologie est l’ensemble de ces éléments, car elle s’intéresse au crime, au criminel, aux conditions sociales, à la victime, au passage à l’acte, au traitement du criminel et à la prévention de la criminalité. Elle s’intéresse donc à l’ensemble du phénomène criminel.

La criminologie ne doit pas être confondue avec d’autres disciplines voisines dont nous retenons essentiellement la criminalistique, la victimologie, la pénologie, la politique criminelle, le droit pénal et la procédure pénale.

1° - La criminalistique

La criminalistique est l’ensemble des actes et techniques permettant de constater les faits matériels constitutifs d’une infraction pénale, d’en rassembler les preuves et d’en identifier l’auteur ou les auteurs pour être jugé(s) et sanctionné(s). Les preuves sont rassemblées grâce au recours à la balistique, aux empreintes digitales, aux empreintes génétiques, à l’anthropométrie, à la médecine légale, etc. Elles permettent d’établir non seulement la culpabilité de l’auteur d’une infraction, mais aussi l’innocence d’un suspect qui en est accusé à tort.

La criminalistique est plus proche de la procédure pénale que de la criminologie. Cependant, l’existence de certains liens entre les deux disciplines est indéniable. En effet, pour que l’expert judiciaire, souvent un psychiatre, puisse, à la demande du juge, cerner la personnalité de l’auteur d’une infraction, il faut d’abord l’identifier, analyser ses actes, son attitude, celle de sa victime et les circonstances de son passage à l’acte criminel.

2° - La victimologie

La victimologie pénale, qui est étroitement liée à la criminologie, ne doit pas être confondue avec la victimologie générale qui s’intéresse à toutes les victimes, même celles d’accidents domestiques. La victimologie pénale a pour objet l’étude de la personnalité de la victime d’une infraction pénale, l’analyse de son attitude et la proposition de mesures adaptées permettant d’assurer sa protection et favoriser son traitement.

3° - La pénologie

La pénologie, qui a pour objet l’étude de l’exécution des sanctions pénales, s’intéresse aux modalités d’individualisation des peines infligées aux délinquants par le juge. L’individualisation de la peine doit tenir compte de la personnalité et des conditions de chaque détenu afin de déterminer adéquatement les mesures destinées à le sanctionner tout en favorisant sa réinsertion sociale et professionnelle.

4° - La politique criminelle

L’objet de la politique criminelle est la lutte contre la criminalité à travers l’ensemble des mesures individuelles et collectives organisées par les pouvoirs publics et permettant de prévenir le passage à l’acte criminel.

5° - Le droit pénal

Le droit pénal définit les infractions pénales et en fixe les peines. Il impose donc la norme en édictant des règles de conduite, alors que la criminologie s’intéresse à l’analyse des conduites contraires à ces règles et propose des solutions pour y remédier.

En dépit de cette différence, les deux disciplines se complètent et s’influencent réciproquement. En effet, pour définir l’infraction, la criminologie se réfère aux critères retenus par le droit pénal. Quant au droit pénal, il s’inspire de la criminologie lorsqu’il tient compte de la personnalité de l’auteur de l’infraction, soit pour atténuer sa peine en cas d’altération de son discernement du fait de son âge ou d’un trouble mental, soit pour l’aggraver en cas de récidive.

6° - La procédure pénale

La procédure pénale est la branche du droit pénal qui fixe les règles régissant la constatation des infractions pénales et le déroulement de l’enquête préliminaire, de l’instruction préparatoire et du jugement ainsi que les voies de recours permettant de contester les décisions du juge pénal avant et après le jugement.

_______________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire